Navigation Menu+

Léna, la venue au monde

Posted on Nov 20, 2016 by in Pastel, Portrait | 0 comments

Pastels secs sur papier

40/50 cm

2017

 

Commentaires :

“Main gauche, forte et protectrice, soutient le bébé qui arrive dans ce monde.
L’index de la main droite, d’une délicatesse divine, pointe sur le 3ème chakra ou centre solaire du bébé – en sanskrit : « Manipura » – c’est le centre de la volonté et du pouvoir (couleur jaune). Ce chakra est relié à l’élément feu. Ce centre véhicule l’affirmation du moi.
Le bras gauche, comme un tourbillon, insuffle la conscience, véhiculée par la lumière.
L’être divin transporte le bébé du monde spirituel et le pose sur la fenêtre marbrée donnant accès au monde matériel.
Le bébé a sa main gauche posée sur son ventre – sur les chakras responsables de sa survie et aussi où se loge la Kundalini, ou l’énergie vitale (couleurs rouge et orange) ;
Sa main droite est connectée aux doigts de son accompagnateur (voir technique de Reiki).
Le rose pâle de la main droite du bébé contraste vivement avec la couleur foncée (de la main) de celle de l’être qui le conduit.
Au-dessus de la tête de l’enfant, la couleur violette vient boucler son circuit d’énergie et rendre perceptible la conscience du bébé qui vient de naître.
Le regard du bébé montre la liaison entre les deux mondes – le monde d’où il n’est pas encore sorti : de l’intemporel et de celui où il n’est pas tout à fait encore arrivé : dans le temporel.
Au-delà d’une esthétique exceptionnellement réussie, les rappels aux côtés symbolique et évocateur de ce tableau le rendent un chef d’œuvre digne de ce nom.
Un grand BRAVO Brigitte Cattan Fitoussi.

MC

——————————————————————————————————————

“De l’adulte on ne voit que les mains qui contrastent avec le bébé par leurs couleurs et leur dessin précis (surtout la main gauche), des mains qui ont vécu, qui ont travaillé, des mains “terre à terre” (tons bruns du bas du tableau). Le reste du corps s’évanouit dans des tons doux, fondus qui évoquent l’impalpable comme la pensée, le rêve. Le contraste est frappant au niveau de la main droite : contraste symbole de l’être humain, corps et esprit ?
Le bébé : dans son regard, on lit la sérénité. Il s’abandonne à cette grande main qui le soutient et lui apporte sa chaleur. Grâce à cette main, il ne touche pas la terre. Il est encore épargné par les vicissitudes terrestres. Il est bleu comme “l’esprit” de l’adulte.
Le tour du tableau en forme de cocon renforce l’idée de protection. On peut aussi penser qu’il englobe le symbole de l’être humain : en bas (tons bruns) la vie terrestre, en haut la vie de l’esprit (tons fondus et variés comme les pensées). L’impression générale de sérénité est couronnée par l’arc-en-ciel qui essaie de “gagner” sur la terre (à gauche) pour envelopper le bébé jusqu’aux pieds.
Bravo encore.”

MG

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *